jeudi 6 juillet 2017

mardi 30 mai 2017

Les lionnes de Venise




Venise, campo Santa Fosca, octobre 1627. Lucia, jeune et espiègle Vénitienne, se retrouve au milieu des flammes qui dévastent la modeste imprimerie familiale. Sous ses yeux, son père est enlevé par trois hommes armés. Qui donc se cache derrière ce crime ? La veille, la magnifique Isabella Rosselli, la plus rouée des espionnes de la cité des Doges, est venue faire reproduire une étrange gravure.
Lucia est décidée à percer cette énigme et à sauver son père. Dans une quête effrénée, elle s’immisce parmi les puissants, se mêle au bal des faux-semblants du carnaval, s’enfonce dans les arrière-cours des palais. Une Venise fascinante, oppressante, où le pouvoir se confond avec l’amour, où les étreintes succèdent aux duels et les baisers aux complots.
Dans ces bas-fonds de la cité lacustre, amis et ennemis avancent masqués. Lucia joue de ses charmes, de son épée, de son poignard aussi qu’elle porte au mollet. Elle ruse, croise le fer avec Giorgio Cornaro, le fils du doge, homme corrompu et dangereux, prête à tout pour découvrir la vérité sur cette gravure dont tous, à Venise, sont convaincus qu’elle recèle le secret du pouvoir absolu.
Après le succès de sa série sur Aliénor d’Aquitaine, Mireille Calmel nous plonge avec maestria dans la Venise trouble du XVIIe siècle.


Le livre est beau et j'apprécie la taille des caractères qui facilitent la lecture .Dès les premières lignes, j'ai su que cette lecture serait un vrai plaisir et déjà je regrette  le moment où je vais devoir refermer ce livre. 
Je m'oblige à prendre mon temps.Je découvre un auteur et je sais que j'attends déjà la suite des   aventures  des lionnes de Venise. 

lundi 8 mai 2017

Santa Sofia





Saint Antoine  de Giovanni Battista Maganza


  Au dessus de l'autel majeur , le "Baptême du Christ" de Giuseppe Heintz.

Quatre statues inspirées de l'art d Antonio Rizzo : San Luca, Sant' Andrea, San Cosme et San Damiano














vendredi 17 mars 2017

Cà d' Oro, somptueuse rusticité !






Melchior de  Hondecoeter


Melchior (Utrecht 1636 – Amsterdam 1695). Fils de Gysbert Gillisz, il est le peintre le plus célèbre de la famille. Neveu et élève de J. B. Weenix, il est cité de 1659 à 1663 à La Haye, et en 1668 à Amsterdam ; il peignit avec une sorte de largeur somptueuse d'innombrables tableaux d'oiseaux qui lui valurent une large réputation et le surnom de " Raphaël des oiseaux ".


Surprise , à la suite de tous les tableaux classiques , occupant les cimaises de la Cà d'oro, ces deux tableaux d'un peintre totalement inconnu de moi . Les recherches que j'ai menées par après m'ont ouvert les portes d'un univers somptueux( à mon goût) qui mérite amplement la visite !
 Ses œuvres figurent dans la plupart des musées conservant des séries hollandaises. On peut citer, parmi beaucoup d'autres tableaux, Oies et canards (Londres, N. G. ; Mauritshuis), le Dindon blanc, et les Aigles attaquant des poules (Louvre), les Paons (Hambourg, Kunsthalle), ainsi que des natures  de chasse (Pièce de gibier, Oiseaux morts, Rijksmuseum) dans le style de son oncle et de Van Aelst. Les arrière-plans de ses tableaux ont souvent une saveur très italianisante. Melchior peignit une importante suite décorative d'Oiseaux pour le château d'Adolphe Visscher à Driemond (plus de 50 toiles, dont certaines se trouvent auj. à l'Alte Pin. de Munich).
   


Par son goût somptueux, son mouvement et son éclat, où se devine d'ailleurs l'influence de Flamands tels que Fyt et Snyders, Melchior s'inscrit dans le courant " prérococo " qui marque, à partir de 1650, de nombreux artistes néerlandais, épris de faste et d'une grande manière décorative. Hondecoeter eut le plus grand succès en Angleterre, où ses tableaux servaient souvent à décorer des cheminées, et il fut initié dans ce pays par Francis Barlow et Jakob Bogdanny.

jeudi 9 mars 2017

San Geremia













Bernardino Lucadello












Le couronnement de Venise : Palma il Giovane






La purification de Marie, Pietro Antonio Novelli


La Sainte Famille, Giambattista Mengardi